Livres à lire - Jade's Paper

5 livres à lire ou relire

Le Tour du monde en 80 jours, Jules Verne.

Un classique comme on les aime. Romantique. Moral. Romanesque. 

Aussi surprenant que cela puisse paraître (parce que j’aime beaucoup lire et que je lis beaucoup), je n’avais encore jamais lu Le Tour du monde en 80 jours. Toutes ces années, comment ai-je pu passer à côté de ce classique, qui je crois, trône dans ma bibliothèque depuis toujours …

Justement, parlons-en de ce classique. À t-il tenu toutes ses promesses ?

À l’instar de son personnage, Phileas Fogg, un gentleman anglais caractérisé par son sens de la mesure, le Tour du monde en 80 jours est efficace. Sans jamais manquer de générosité dans la description des lieux, des scènes ou des personnages, l’usage des mots est cependant étudié, pour arriver à un équilibre parfait faisant de ce roman un récit concentré, dépourvu du superflu. Chaque chapitre, chaque nouvelle situation, chaque péripétie est racontée avec justesse et l’économie des mots est véritablement au service du sens.

Ce livre m’a d’ailleurs beaucoup rappelé mon père. En effet, et j’ose la comparaison, Jules Verne a selon moi, à travers ce livre, parfaitement illustré ce que m’a toujours répété mon père, professeur de littérature : la langue française est d’une telle richesse que nous avons ce luxe de pouvoir nous faire l’économie des mots tant ces derniers sont chargés de sens lorsqu’ils sont bien choisis.

Dans ce roman, il y a en effet ce qu’il faut de substance pour que l’on puisse mettre le doigt sur ce que l’auteur a voulu dire sans jamais brider notre imagination pour autant. C’est incisif et j’ai adoré parcourir ces pages, qui m’ont tenu en haleine du début à la fin. À mon sens, il s’agit de l’exercice le plus difficile en termes d’écriture.

Je vais d’ailleurs m’arrêter là, car je n’aurai pas la prétention de me faire critique de ce grand classique, et je finirai juste avec ma sincère et modeste recommandation, pour ceux qui ont envie de découvrir ou redécouvrir ce roman indémodable.

Tour du Monde en 80 jours - Jade's Paper

 

D’après une histoire vraie, Delphine De Vigan.

Je me souviens avoir commencé ce roman lors d’une période particulièrement chargée pour moi. Je ne saurais dire si c’est parce que c’était l’un de ces moments où j’ai été acharnée au travail, au sport, au blog ou aux trois, mais, j’avais peu de temps libre. Et même la lectrice boulimique compulsive que je suis avait du mal à trouver du temps pour lire.

C’est donc un peu frustrée de ne pouvoir en découvrir plus à chaque session que je me suis plongée dans les premières pages de cette histoire… bouleversante.

L’intrigue, bouleversante justement, a rapidement pris le dessus sur toute autre forme d’occupation qui me tenait alors éloignée de ce livre. Au bout du 3ème ou 4ème chapitre me semble-t-il, je n’ai plus pu faire autrement. Je devais venir à bout de cette histoire, dont la tension me subjugait.

Ce roman aborde un thème que je trouve absolument passionnant : le pouvoir d’autrui sur notre psychique. Ce roman met en lumière, avec une efficacité déconcertante, une histoire de manipulation psychologique complexe et fascinante. Tout au long de l’histoire, on est tiraillé entre l’envie d’éprouver de la compassion, de la colère ou encore de l’affection pour les deux protagonistes. Delphine De Vigan, à travers une écriture qui maitrise l’art d’accrocher le lecteur, nous plonge au cœur de ces destins entremêlés, entrechoqués. L’histoire singulière des deux protagonistes, leur relation mi-haine, mi-amoure et l’ambivalence des émotions que nous procure ce livre sont fascinantes. A lire absolument !

D'après une histoire vraie - Jade's Paper

 

Nos gloires secrètes, Tonino Benacquista.

Il m’arrive très rarement de lire des nouvelles. Je pense d’ailleurs que ce livre (qui est un recueil de 6 nouvelles) est le premier du genre, et c’est justement le hasard qui a mis ce livre sur ma route. C’est bien le cas de le dire !

Ok, on reprend depuis le début, il faut que je vous raconte l’histoire de ce bouquin.

Il y a environ 1 an, voire plus, c’est à dire à l’époque où je prenais le bus plutôt que le métro à Paris, il m’est arrivé un truc marrant. J’avais vu à l’époque sur les réseaux sociaux et via des articles de presse, qu’il y avait une sorte de “tendance” (bien qu’elle n’en soit pas vraiment une, il me semble que ce concept existe depuis longtemps) qui consistait à laisser des livres que nous avions aimé derrière nous. Comprenez, sur un banc public, sur le quai d’un métro, dans un parc, ou encore sur le siège… d’un bus. L’idée étant de partager les livres qui nous ont émus, touchés, révoltés ou tout simplement fait sourire. Participer à ce genre d’initiatives c’est aussi adhérer à une idée forte : c’est que les livres ne nous appartiennent pas vraiment au fond, et qu’ils sont faits pour voyager, pour être réinterprété à l’infini à travers le spectre de chacun. Une idée que j’adore.

Alors que j’étais un matin dans le bus justement, j’ai vu un couple laisser volontairement ce livre derrière lui. Quel joli hasard me suis-je dit ! J’ai tendu la main, un peu timidement (c’est fou comme le fait d’être dans un lieu public nous inhibe parfois, comme si cet acte que je savais innocent et fondé, pouvait se transformer comme quelque chose d’étrange aux yeux des autres. C’est vrai après tout, si vous ne connaissez pas ce principe du “bookcrossing” vous seriez les premiers à trouver bizarre cette nana qui, à peine ce jeune couple parti, récupère leur « oubli ».

Quoi qu’il en soit, comme si le fait de ne pas l’avoir acheté l’avait automatiquement dévalorisé, je n’ai finalement attaqué ce bijou qu’un an plus tard. Il faut dire aussi qu’étant une lectrice compulsive, j’achète tout le temps des livres, et il me manque parfois un peu de temps pour les lire aussi vite que je voudrais.

Bref, s’il fait partie des 4 que je vous recommande aujourd’hui, c’est tout simplement parce que j’ai adoré ce livre. L’auteur noux embarque en un rien de temps dans l’intrigue de chaque histoire, on s’attache aux personnages, on a envie de savoir la suite. Aucune réserve sur ce livre, que j’ai dévoré une fois ouvert.

Nos gloires secrètes - Jade's Paper

 

L’alchimiste, Paulo Coelho.

Paolo Coelho, on ne le présente plus. Auteur brésilien à succès, il est à l’origine de nombreux romans, connus pour leur sensibilité et leur écriture imagée et envolée. Je dirai d’ailleurs que Paulo Coelho a une sorte de féminité dans son écriture, qui reflète une réelle sensibilité.

Dans l’Alchimiste, qui est un véritable conte, on plonge dans l’univers d’un jeune berger à la poursuite de ses rêves. L’accomplissement de soi, la faculté de se dépasser et d’affronter ses craintes et inhibitions, la volonté de se réaliser, le voyage, la découverte du monde et des autres cultures… voilà les thèmes qui sont abordées dans ce livre. Il m’a donc atteint en plein cœur. Sensible, souvent à fleur de peau, j’ai une affection particulière pour ces récits qui assument leur part de romantisme. L’amour, l’aventure et la volonté de trouver sa voie ? Voilà sûrement les trois thèmes qui m’émeuvent et me passionnent le plus au monde.

Malgré la nature utopique et illusoire de ce conte, je crois réellement au pouvoir de ce genre de récits. Leur pouvoir de nous transporter dans un premier temps, mais aussi de nous reconnecter à l’essentiel. De nous ré-ouvrir les yeux. Parce que, bien sûr, nous sommes tous, plus ou moins conscient de cet adage devenu banal « nous n’avons qu’une vie », mais nous sommes tellement happé par le tourbillon d’un quotidien parfois trop chargé, trop codifié, trop installé, que nous avons besoin d’un rappel. Le rappel que, dans la vie, nous ne sommes parfois qu’à un seul choix du changement de vie. Qu’à un seul choix du début de l’ascension vers nos rêves. Qu’à un seul choix non pas du bonheur, mais de l’épanouissement, qui en est, à mon sens, un composant principal !

Si vous êtes à la recherche d’un petit coup de pouce ou que vous avez simplement envie de vous évader sur les terres andalouses, marocaines et égyptiennes, plongez à cœur perdu dans ces pages, qui, je vous le promets, vous feront voyager.

L'Alchimiste - Jade's Paper

 

En cas de bonheur, David Foenkinos

Chose qui n’arrive quasiment jamais, puisque je commande la majorité de mes livres sur Amazon ou les achète à la Fnac ou Relay quand j’y passe, j’ai acheté ce livre un peu comme ça, dans une brocante, pour la modique somme de 50 centimes. Je me souviens encore me promener dans les allées un peu bordéliques de cette brocante de fin d’été en région parisienne, les mains dans les poches, sans vraiment m’attarder sur ce qui m’entourait. L’idée était surtout de prendre l’air, et de profiter de la douceur des derniers jours d’été.
Jusqu’au moment où j’ai commencé à discuter avec une mère de famille qui vendait tout plein de livres. Comme toujours avec les livres, j’ai eu envie de tout lui acheter. Mais je n’avais aucune monnaie, si ce n’est la pièce de 50 centimes que je sentais dans ma poche depuis le début de la balade.
J’ai donc arrêté mon choix sur ce livre de David Foenkinos, qui est un auteur que j’aime bien : En cas de bonheur.
Relativement court, ce roman, qui retrace l’histoire d’un couple qui se déchire sans passer par le déchirement justement. Simplement un couple qui, par l’inéluctable érosion du temps, par l’usure du quotidien, va s’éloigner jusqu’à totalement se perdre. Se perdre aussi dans leurs propres défaillances, entre complexes narcissiques et désirs égoïstes. Thème beaucoup exploré par les auteurs, le couple, l’adultère et la complexité des relations amoureuses restent des sujets passionnants, et qui me touchent. « En cas de bonheur », est un très joli livre, qui nous met aussi face à nous-même et nous apporte son lot d’interrogations. On s’attache aussi beaucoup aux personnages, qui, malgré leur perversité, nous attendrissent et nous provoquent une profonde indulgence. Je recommande !

 

En cas de bonheur - Jade's Paper

4 comments

  1. Eva

    Hello Jade,
    je vais lire Jules Verne en prochain grâce à toi …
    A mon tour de te donner mes coups de coeur 2016 :
    – ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Harper Lee (idem, classique mais découvert tard !)
    – la vérité sur l’affaire Harry Quebert, Joel Dicker (900 pages dévorées en 5 jours !)
    – l’art de la guerre, Sun Tzu (devenu une bible dans les cours de management)
    – l’ombre du vent, Carlos Ruiz Zafon (en cours, mais très prometteur en terme d’intensité)

    j’espère que tu vas bien.

    Répondre

    1. jadespaper

      Hello Eva ! Quel plaisir de lire ton petit commentaire 🙂
      Merci beaucoup pour ta sélection !!! J’ai lu Harry Quebert, et je pense que je tiens un record puisque je l’ai dévoré en 4 jours ahah. D’ailleurs, il figurera dans mon prochain article “livres” qui sera sûrement “mes 5 ou 10 livres préférés”.
      Je vais me commander le 1er et le dernier de ta liste ! Sun Tzu, en effet, j’ai ai beaucoup entendu parlé et étudié plein de passages en cours !
      Des bisous 🙂

      Répondre

  2. kykyxu

    Excellent…
    Je me demande ce matin, comment j’ai pu passer a cote de ton blog sans le remarquer… Que la passion de la lecture prennent le pouvoir sur tous les hmmes! <3

    Répondre

    1. jadespaper

      Ahahah ! Je n’aurais pas dit mieux !
      Bonne lecture 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *