Jade's Paper

L’échec.

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler de l’échec.

Oui, c’est étonnant.

D’habitude je me concentre sur le positif car il me semble toujours plus porteur, plus fécond. Mais suite à une discussion avec l’une de mes meilleures amies, née de l’article sur la poursuite de l’excellence, je me suis dit qu’il était nécessaire que j’aborde le sujet de l’échec avec vous, sujet qui, j’en suis sûre, vous intéressera tout autant.

Je vous relate en quelques mots ce qui s’est dit au cours de cette conversation, à l’origine de l’article du jour (et rien que pour ça ma puce, merci).

[…]

– J’ai lu ton dernier article au fait, j’ai vraiment beaucoup aimé, ça m’a fait beaucoup réfléchir…

– Mais ? (oui je sentais le truc venir…).

– Non il n’y a pas vraiment de mais, c’est juste que tu écris de ton point de vue et ton point de vue est celui de quelqu’un qui a eu un parcours de vie différent. Un parcours de réussite.

– C’est à dire mon chat ?

– Bah toi, la vie t’a prouvé que travail = réussite. Tout le temps, toujours. Mais tu ne prends pas en compte que souvent dans la vie, même quand on travaille hyper fort, bah… on y arrive pas toujours. Et qu’il y a des choses qui sont parfois inaccessibles. Le truc c’est que toi t’as toujours réussi à tout avoir à la sueur de ton front alors forcément c’est normal que tu penses comme ça…

Silence…

À ce moment là, à cet instant précis, j’ai compris que la vision des autres, y compris ceux dont nous sommes les plus proches, pouvait être biaisée, voir totalement éloignée de la réalité.

De nature extrêmement solitaire, voire introvertie quand il s’agit de mes émotions et de mes états d’âmes (oui, oui … je vous assure), je me suis rendu compte que je dégageais à mon insu une certaine image.

J’ai réalisé aussi, alors que j’écoutais et intégrais les paroles de mon amie, que ma volonté de me concentrer sur le positif et d’avancer coûte que coûte, en voyant toujours le verre à moitié plein, masquait une partie de la vérité aux yeux des autres.

Or, sur ce blog, moi je vous dis la vérité.

Ni masque, ni rôle ; mais avec la complexité que nous impose la vie et notre relation aux autres, j’essaye avec ma plume et mon clavier, de vous transmettre mes réflexions. Avec le vœu, chaque soir avant de m’endormir, qu’elles trouveront des lecteurs, qui à leur tour verront naître en eux d’autres réflexions.

C’est donc un peu blessée mais surtout déterminée à lui apporter un peu de clairvoyance sur ce qu’elle appelle mon parcours de vie atypique ou encore ma faculté à faire de cette équation travail = réussite une vérité absolue, que je me résolus à lui parler, avec la brutalité de la vérité.

Travail extrêmement difficile pour moi vous l’imaginez, fière et solitaire, paniquée à l’idée de montrer mes failles. Mais pour que la portée de mes précédents et futurs écrits soit celle que j’espère, je fais volontiers cet exercice impudique.

Sans préambule, ni introduction un peu envolée (comme j’aime à le faire), j’ai pris mon courage à deux mains, et alors qu’elle me citait un exemple de réussite professionnelle qui lui semblait inaccessible pour elle et qu’elle le comparait à : « toi tu vois, t’as toujours eu la récompense de ton travail, t’as été major de promo, t’as toujours eu les stages de rêve dans les entreprises que tu voulais, ensuite t’as trouvé un CDI en 2 semaines, t’es super forte en sport etc. etc. » … je me décidai à lui dire la réalité sans détour.

– Je comprends que tu aies cette vision ma puce (oui, je suis très surnom avec ceux que j’aime) et j’entretiens volontiers cette perception qu’ont les autres de moi. Mais ni pour jouer un rôle ni pour que l’on m’adule. Pas du tout. C’est juste la résultante d’un état d’esprit que j’ai CHOISI d’avoir et duquel je parle pendant 26 minutes dans ma dernière vidéo. Oui, ce comportement conquérant, nourri par un esprit plus puissant et plus positif… voilà mon combat quotidien.

Mais la vérité, sans analyse, juste crue et factuelle, tu la veux ?

– Mmmmh … oui.

– Sais-tu combien d’emails j’ai envoyés aux magazines féminins, aux magazines de société, de psycho, de mode aux webzines influents, pas influents … afin de mettre ma plume et mes idées au service de « plus grand » ?

Sais-tu combien d’emails sans réponse ?

Sais-tu les doutes qui se sont abattus sur mon écriture pendant des semaines, des mois, des années ? Me disant au fond que je n’étais pas assez valable ?

– Sais-tu combien de chaînes de télévision ou de radio j’ai contacté pour les convaincre, que dis-je, pour les persuader de me laisser une chance de leur montrer ce que je valais face à une caméra ? Ce que j’avais à dire au micro qu’ils n’ont jamais voulu me tendre ?

– Sais-tu le nombre de fois où je me suis couchée à 4 heures du matin pendant mes études, pour travailler comme une acharnée sur des « reco-strat’ » en période de compétition d’école de com’ ?

Je me souviens comme si c’était hier : 5 compétitions au cours de ma 3ème année (la fameuse où j’ai majoré) à travailler comme une bête. Pour au final n’en gagner qu’une, avec un sentiment d’échec difficile à accepter pour mon égo en tant que chef d’équipe à l’époque.

– Sais-tu combien de coup de téléphones de relance aux sièges des grands groupes de luxe (à l’époque je rêvais d’y faire mes stages) où l’on me parlait comme de la merde et où je finissais par raccrocher bredouille et découragée ?

– Sais-tu le nombre de fois où j’ai commencé à faire une diète où un programme sportif et qui se sont soldés par un échec cuisant, par manque de volonté, me laissant seule avec un corps que j’ai autrefois détesté ?

– Sais-tu combien j’ai rêvé de New-York, en réalisant, à mesure que j’essayais que peut-être ce rêve LÀ n’étais en fait pas à ma portée… ?

Encore un silence.

– Ah oui… je ne voyais pas les choses comme ça. Hum, c’est vrai que du coup c’est un état d’esprit à cultiver en fait. Je n’aurais vraiment pas pensé ça de toi. Ce n’est pas ce que tu laisses paraître tu sais… m’a répondu mon amie.

Je lui alors avoué que si j’étais aussi discrète sur mes échecs c’est parce qu’ils étaient d’abord extrêmement personnels et qu’ensuite, à travers l’écriture, je les partageais uniquement lorsqu’à force de réflexion et d’action, j’avais réussi à leur trouver des solutions… Ainsi ils me semblaient plus constructifs pour moi (j’avais appris une leçon, de A à Z) mais aussi pour les autres, qui se sentiraient peut-être moins seuls et moins découragés face à des situations qui leur semblent sans issues.

Et j’ai conclu en lui disant que l’ironie du sort dans tout ça c’était qu’aujourd’hui, j’avais justement choisi un métier, une orientation qui était à l’opposée de l’équation travail = réussite.

C’était exactement l’inverse !

J’avais beau donner toujours le meilleur de moi-même, me battre toujours plus fort, et surtout travailler, sans relâche, avec l’écriture j’étais dans le doute perpétuel.

Pourquoi ?

Parce que justement, que ce soit à travers mes articles, mes vidéos, mon blog et tous mes autres moyens d’expression, ma réussite véritable ne tenait finalement pas à moi mais aux autres. À leurs adhésion et à leur enthousiasme … Si et seulement si ils me lisent, me regardent … me « likent ». C’est la simple vérité.

Plus que jamais, j’avais choisi une voie qui nécessitait l’adhésion d’autrui, qui requérait son jugement positif… et ou chance et timing font toute la différence. Et ce malgré mon travail acharné.

Alors oui, ça demande tellement de recul que de se laisser traverser par un sentiment de déception, de désespoir même parfois, pour ensuite en tirer un enseignement … Moi je n’ai trouvé meilleur moyen que de travailler mon mental encore et encore. Que ce soit à travers une positivité à toute épreuve, une quête de l’excellence perpétuelle ou encore une éthique de travail que je veux irréprochable…

À vrai dire, rien n’est de trop pour traverser les épreuves de la vie et en sortir grandie.

14 comments

  1. Dys

    Merci de ce nouveau partage
    Encore une fois très enrichissant
    Merci

    Répondre

    1. jadespaper

      Avec plaisir 🙂 Merci à toi d’être là !

      Répondre

    2. Titou9716

      Article très intéressant…ton humilité est rafraîchissante. On peut aisément se retrouver dans ton écrit. Bel état d esprit..il n’est pas facile au quotidien de l’appliquer.
      Merci pour cet article

      Répondre

      1. jadespaper

        C’est vrai que c’est un “travail” quotidien de cultiver un état d’esprit conquérant et positif malgré les échecs et les coups durs ! Mais c’est ce qu’il y a de plus formateur à mon sens 🙂 Merci d’avoir pris le temps de m’écrire un petit commentaire ! Bisous !

        Répondre

  2. Nin

    Se mettre à nu est tellement délicat même parfois avec ses amies les plus proches. Article plus que nécessaire pour comprendre qui est vraiment ma nin, notre jadou ou plus communément « jadespaper » pour ceux et celles qui ne connaissent qu’elle et qui ne jugerait qu’à l’image renvoyée qui peut être parfois le fruit d’un long parcours (trop souvent oublié!) . Moi je crois en toi et en tes rêves et je suis sûre que tu arriveras à atteindre tes objectifs même les plus fous avec cette persévérance qui te caractérise. Fière de toi, de ta maturité , de ton recul sur la vie et sur tes expériences. Love u 💕

    Répondre

    1. jadespaper

      Merci pour tes mots ma chérie, merci pour ton soutien 🙂 Tu es une amie en or ! Love u so much

      Répondre

  3. De mijolla

    Magnifique !
    Bravo pour ce bel article Jade ! Bravo de donner envie de voir le verre à moitié plein avec ses doutes.
    Bravo d’avoir si bien grandi et d’être toi, dans un monde réaliste avec ses échecs mais aissi ses succès, qui ne valent que si on sait les regarder et les cultiver.
    Je conclurai en une phrase:
    Beau pamphlet pour la vraie vie.!
    Bien à toi.
    Catherine (qui comprend bien ce que tu as vécu en 3eme A !!)😉

    Répondre

  4. De mijolla

    Magnifique !
    Bravo pour ce bel article Jade ! Bravo de donner envie de voir le verre à moitié plein avec ses doutes.
    Bravo d’avoir si bien grandi et d’être toi, dans un monde réaliste avec ses échecs mais aissi ses succès, qui ne valent que si on sait les regarder et les cultiver.
    Je conclurai en une phrase:
    Beau pamphlet pour la vraie vie.!
    Bien à toi.
    Catherine (qui comprend bien ce que tu as vécu en 3eme A !!)

    Répondre

    1. jadespaper

      Merci merci merci de prendre le temps de me lire et de me laisser un commentaire ! Ça me touche beaucoup ! En effet, je crois réellement que dans la vie, tout est une question d’état d’esprit et que malgré les échecs, la réussite est TOUJOURS une option possible ! A bientôt 🙂

      Répondre

  5. Riri

    Belle approche, tu as raison la force mentale est moteur et n’est os forcément synonyme de réussite absolue. Il faut savoir se nourrir de ces échec pour grandir et se construire. Le positive Spirit vient aussi en ayant une bonne connaissance de soi et de la capacité à se faire violence

    Répondre

    1. jadespaper

      Merci beaucoup ! C’est vrai que c’est souvent nécessaire de passer par ces étapes là pour se construire, notamment sur le plan mental ! Merci d’être là et de prendre le temps de me laisser un commentaire et un peu de tes réflexions en toi cas ! #ILOVESHARING ! Bisous 🙂

      Répondre

  6. Doriane

    Je me reconnais énormément dans ton article. Le fait que les autres pensent que tout est rose dans nos vie alors que non tous les jours on se bat ou on essaie et ce n’est jamais simple. Et comme tu l’as très bien rédigé, quand on trouve une solution on la partage sans pour autant s’en vanter et en retenant tout un enrichissement de cet expérience. Merci pour ton partage et ne lâche rien, ça se voit que t’es une battante !
    Et du coup si c’est pas trop personnel, tu travailles dans quoi maintenant ? Te consacres-tu uniquement à ton blog et tes réseaux ?
    Je t’embrasse. Doriane @amazingdo

    Répondre

    1. jadespaper

      Hello Doriane ! Merci beaucoup pour ton commentaire : j’adore lire ce genre de témoignages et ça fait vraiment plaisir de se sentir comprise et encouragée alors encore un immense merci :). Pour répondre à ta question : maintenant je bosse pour moi : je suis blogueuse of course et rédactrice. J’écris donc pour des marques, des entreprises plusieurs types d’écrits : articles, recommandations éditoriales etc pour leurs supports à eux. Je fais enfin ce que j’aime le plus, YAY ! Gros bisous !

      Répondre

  7. laury

    Pour quelles marques écris tu par exemple ? Tu devrais les partager avec tes nombreuses lectrices !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *