Saint-Tropez or not Saint-Tropez ?

Déjà 48 heures que je suis sur la côte d’azur et plus particulièrement St Tropez ! Moi qui suis habituée à la coolitude non chalente de la côte ouest, où j’ai passé de nombreux étés, entre Bayonne, Biarritz et Arcachon, avec mon papa bordelais, je peux vous dire que ça me change. Et puis, juste après mon bac, j’étais partie 3 jours à Monaco, pour un weekend tout en démesure avec une de mes amies, mais encore une fois : rien à voir avec St Trop.

Il faut dire que le lieu est mythique : non seulement, pour nous Français il évoque des films et personnages mythiques : De Funès, BB, Lefebvre et bien d’autres… mais en plus le cadre est particulièrement charmant. Le village en lui-même, qu’il est agréable de découvrir à pied à travers les petites rues étroites, est typique de la Provence. On y retrouve des bâtiments pastels recouverts de tuiles, des cafés qui ont fait la réputation de St Tropez tel que le Senequier, et bien sûr le port, peuplé d’immenses yatchs en cette période estivale.

Une fois le constat de beauté bien établi, il est temps de se mettre à vivre. St Tropez, montre-nous ce que tu as as offrir.

Première journée intense : direction le Mooera, un club de plage à tendance bling-bling comme j’aime pas, où un couple d’ami a élu domicile pour l’après-midi. Premier constat qui se vérifiera plus tard : pour accéder aux lieux de « fête » tropéziens, il faut se prostituer un petit peu… Vous voyez le concept des physios des grandes boîtes parisiennes ? Bah ce sont les mêmes mecs, 3 fois plus cons et en claquettes ! Et vous voyez moi déjà, j’ai un léger soucis avec la prostitution : c’est bien pour ça que j’ai bien travaillé à l’école et que j’ai fait plein d’études eheh.

Bon, une fois cette étape passée (c’est la même partout) il est temps de profiter ! En 24 heures, on se fait donc plusieurs lieux mytiques et, il faut bien le dire, sacrément kiffants ! Souvent le cocktail gagnant made in St Trop c’est : un cadre magnifique à la déco bien étudiée, une musique de malade garantissant une ambiance électrisante et une carte des boissons pour milliardaires russes ahaha ! C’est donc parti pour la combo gagnante : Beach Party au Mooera le jeudi aprèm puis dîner-spectacle au restaurant Le Quai et énorme soirée au VIP Room avec Jean Roch comme chauffeur de salle. Vendredi, réveil un peu difficile vers 10h et après balade, direction le mythique café Senequier sur le port pour une orange pressée à 10 €. Le bonheur, non ….?

Comme on n’avait pas encore eu notre dose de bling et comme mon Jules, qui connaît tout ça par cœur, tenait à me montrer le “St Trop de la télé”, direction Bagatelle pour une aprem plage. Là, on atteint la quintessence du cliché tropézien : un cadre sublissime, du blanc, du bleu, du sable, et la méditerranée en toile de fond. Ils ont poussé le concept jusqu’au bout : un DJ qui s’enflamme à partir de 15h, une pizza à la truffe dont on taira le prix, des serveurs et voituriers à peine aimables et 120 € pour 2 transats.

Bah quoi c’est pas ça LE bonheur ?

C’est ce que semble en tous cas penser la majorité des personnes autour de nous : principalement des Russes, gonflés à l’acide hyaluronique…. Et pourtant : je n’ai pas entendu un seul éclat de rire au court de cette journée. En revanche ce que j’ai vu, ce sont les dizaines de smartphones levés en l’air comme pour dire, « à défaut de vire le moment, je vous le montre ». Parce que St Tropez c’est ça : montrer.

St Tropez, je crois, c’est un charme brut, incontestable. Un lieu mythique, ou le carpe diem est l’unique religion. Mais selon moi, il manque l’essentiel : l’élégance et la bienveillance.

Je vous rassure, ça ne m’empêchera pas de profiter de ce cadre merveilleux et de vivre l’expérience jusqu’au bout, sans regret ! Encore 2 petits jours ici (on va en profiter pour passer une journée complète à Cavalaire et faire du FLYBOAAAARD) et on file ensuite à Cannes, que je connais déjà. Vous vous souvenez le « Girls Trip » du mois de mai ?

A très vite pour la suite de mes aventures ! Gros bisous

3 comments

  1. Critique bloggeuse

    Au final tu aimes ou tu n’aimes pas ? Je ne perçois pas dans ton article ton point de vue.

    Répondre

    1. jadespaper

      Un peu des deux disons, mais surement pas pour les raisons habituelles. Moi je n’aime pas trop l’ultra bling de St Tropez, meme si je reconnais que le lieu est joli. Pour le moment, je lui préfère largement la côte Ouest ou Cannes / Monaco. 🙂

      Répondre

  2. Maignan Chantal

    C’est justement ce que j’aime dans ton papier : aucune critique manichéiste et simpliste, mais des commentaires sur des points précis qui expriment ton assentiment ou ta réserve. Car on peut aimer Saint-Trop un jour sur deux : les jours où l’on est aveuglé par la lumière crue de la vraie vie on ne peut adhérer à tant de mise en scène un peu cynique et onéreuse ; et les jours où la joie légère fait pétiller les yeux, Saint Trop reste une destination idéale pour la soutenable légèreté de l’Être.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *